La Ciotat, du sam. 29 au dim. 4 nov.

Le temps intérieur. Exposition photographique de Paola Agosti.

Photographe italienne internationale, Paola Agosti est une artiste « singulière ». En voyageant à travers le monde, elle a rencontré un grand nombre de personnes, des politiques comme de simples inconnus. Son travail photographique s’est porté principalement sur la vie des piémontais dans leur campagne et des immigrés piémontais en Argentine. Son oeuvre exceptionnelle, met en valeur l’expression du mouvement des hommes dans l’histoire.

Entre les montagnes du Piémont et la campagne Argentine, où certains villages ont reçu des immigrés piémontais italiens, Paola Agosti photographie l’immanence de l‘expression et du mouvement des hommes arrêtés dans leur situation de vie, dans les lieux du travail ou de l ‘intime. Paola Agosti fixe l’expression du questionnement et de l’attente, de l’équilibre précaire qui constitue chaque être.
Paola Agosti vient d’une famille qui a eu un rôle essentiel pendant la période de la Résistance, Italienne, Européenne. Son père, Giorgio Agosti, grand magistrat et grand résistant a été l’un des fondateurs du Partito d’Azione en 1944 à Turin. Paola Agosti connait cette « passion civile » qui oblige la conscience de certains hommes à résister à l’oppression et combattre de façon permanente pour l’intérêt général. La photographe a cherché à saisir l’engagement des êtres, leur parti-pris à l’intérieur même de leur identité. Et une forme d’humilité.
Photographier les immigrants piémontais en Argentine l’a obligée à créer une distance — la distance imposée par le pays — pour tenter d’enregistrer la profondeur la plus intime sans doute de sa propre origine. Comme si photographier ces visages et ces corps dans des lieux étrangers, différents, forçait le regard à entrevoir entre les traits, la singularité inévitable des paysages d’où l’on vient. Cette confrontation très frontale du photographié et du photographiant m’a ramené au travail de Walker Evans, à ceci près que le travail de Paola Agosti comporte, en plus, une narration précise, un récit à l‘intérieur même de l’espace de son cadre. Cette histoire, la photographe nous permet, de façon presque indicible, et donc totalement émouvante, de nous la raconter à nous-mêmes.

Florence Mauro, 2014, Le Journal Ventilo

Chapelle des Pénitents Bleus
Du 28 sept. au 4 nov. : mar, mer, jeu, sam, dim 10h-12h30 et 14h-19h – ven 18h- et 10h-12h30 Mar-dim 10h-12h30 & 14h-19h
Entrée libre. Entrée libre
http://www.laciotat.info/les-plages

Esplanade du 8 mai 1945
13600 La Ciotat
04 42 08 88 00